Bobines rebelles 2018

C’est la 6ème édition de Bobines rebelles dans le 62 !

Cette 6ème édition se déroulera durant la soirée du vendredi 13, et l’ensemble de la journée du samedi 14 avril 2018.

N’hésitez pas à imprimer le dépliant de la programmation 2018 !

Programmation

Conformément à l’esprit de Bobines rebelles, chaque projection est suivie d’un échange avec la réalisatrice / le réalisateur.

L’ensemble du festival se déroule au LAG, 23 avenue Jean Jaurès, à Liévin

Vendredi 13 avril 2018

  • 20h30 : Ouverture du festival Bobines rebelles 2017 : Entre deux sexes de Régine Abadia – 2017 – France – 1h07 – suivi d’un échange avec la réalisatrice

Pour beaucoup, le monde se partage entre hommes et femmes.
Quid des personnes intersexes qui n’entrent dans aucune de ces catégories ?

Samedi 14 avril 2018

  • 11h00 : Quartier Libre de Vinciane Zech – 2017 – Belgique – 1h06 – suivi d’un échange avec la réalisatrice

À La Baraque ( quartier « autogéré » fait de roulottes, cabanes, et autres maisons auto-construites), chaque jour est un jour à inventer collectivement… En 2014, ce projet de vie alternative est bousculé par la construction d’un parking de plus de 3000 places. Comment le quartier va-t-il survivre à cela ?

  • Le midi, une petite restauration sur place est possible
  • 14h00 : Les Z’entonnoirs de Marine Place – 2012 – France – 52 min – suivi d’un échange avec la réalisatrice


« Êtes-vous prêt à changer votre regard sur la maladie mentale ? »
À Roubaix, dans les locaux de la manufacture culturelle La Condition Publique, une émission de radio riche, drôle, libre et unique en son genre est enregistrée tous les lundis depuis huit ans : les Z’Entonnoirs.

  • 16h00 : Les chants de la Maladrerie de Flavie Pinatel – 2017 – France – 26 min – suivi d’un échange avec la réalisatrice

Le portrait d’une cité aux formes étonnantes (La Maladrerie d’Aubervilliers) et de ses habitant(e)s. Un documentaire d’un genre particulier, puisque les personnes s’y expriment non pas en parlant mais à travers des chansons.
En filigrane, le film dresse un état des lieux poétique du vivre-ensemble en France en 2016.

  • 17H30 : Bricks de Quentin Ravelli – 2016 – France – 1h23 – suivi d’un échange avec le réalisateur

Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays.
Suivre le parcours d’une marchandise – les briques – donne un visage à la crise et dessine les stratégies individuelles ou collectives qui permettent de la surmonter.

Babines rebelles

La soirée se poursuit ensuite autour du désormais fameux repas Babines rebelles, à 20h00, avec l’ensemble des réalisateurs – réalisatrices. Il est indispensable de s’inscrire.

Prix libre

Comme chaque année, la participation au week-end est à prix libre : les entrées ainsi que le repas du samedi soir, Babines rebelles. Une seule exception : les boissons du bar. Et les sandwiches du samedi midi qui sont à prix coûtant.

Au LAG, le prix libre est une réelle démarche politique…

Covoiturage

C’est une bonne solution, pour profiter pleinement de Bobines rebelles, et faire de chouettes rencontres :

Retour sur les précédentes éditions

En attendant la tenue de cette 6ème édition, plus belle et plus rebelle que jamais, on peut se jouer une séquence nostalgie, en se remémorant les programmations précédentes :

6ème festival du documentaire d’auteur, social et politique dans le 62

Bobines rebelles, c’est un Festival de documentaire d’auteur social et politique, auto-organisé dans diverses régions de France.

Chaque séance du festival Bobines rebelles est proposée à prix libre.

Festival: en programmant pendant un week-end une série de films documentaires, nous voulons proposer un moment fort, permettant de créer une véritable dynamique de réflexion.

Documentaire : en revendiquant un point de vue clairement affirmé, le documentaire permet de faire apparaître une réalité qui, d’habitude, nous est cachée. Il favorise une démarche critique et l’émergence d’une conscience politique plus engagée.

D’auteur : le documentaire dʼauteur est un prisme particulier permettant de nourrir une réflexion collective. Ce cinéma laisse une large place au spectateur dans l’élaboration d’une pensée (à lʼinverse dʼun reportage télévisuel, où le cerveau du spectateur est pris dans lʼétau des évidences et autres lieux communs).

Social et politique : à l’heure où les tenants du pouvoir nous imposent une pensée unique associée à une fausse bipolarisation politique, nous voulons partager nos interrogations, confronter nos dissidences. Indépendance politique et autonomie de pensée sont, aujourd’hui, une exigence sociale

« Le documentaire social se distingue du documentaire tout court et des actualités de la semaine par le point de vue que défend nettement son auteur. Ce documentaire social exige que l’on prenne position car il met les points sur les i. S’il n’engage pas un artiste, il engage au moins un homme. Ceci vaut bien cela. (…) Ce documentaire social devra nous dessiller les yeux. » Jean Vigo (1905-1934)