Bobines Rebelles 2013

Bobines rebelles 62 - 2013
Bobines rebelles 62 – 2013

Programmation

  • 10h00 : Accueil
  • 11h00 : Cheveux rouges et café noir Film + échanges avec la réalisatrice
  • 12h30 : Repas. Nous tiendrons le bar, pour vous régaler de boissons artisanales, soupes maison, et de tous les p’tits plats sucrés et salés réalisés  à partir des fruits et légumes de paysans et jardiniers locaux. Avis aux végétariens, ils n’auront que l’embarras du choix. Et les carnivores ne seront pas oubliés pour autant.
  • 13h30 : 9Ter Film + échanges avec la réalisatrice
  • 15h00 : De l’autre côté de la route Film + échanges avec les réalisatrices
  • 16h30 : Film de guerre Film + échanges avec la réalisatrice
  • 18h00 : D’égal à égales Film + échanges avec le réalisateur
  • 20H00 : Repas. Nous tiendrons le bar, pour vous régaler de boissons artisanales, soupes maison, et de tous les p’tits plats sucrés et salés réalisés  à partir des fruits et légumes de paysans et jardiniers locaux. Avis aux végétariens, ils n’auront que l’embarras du choix. Et les carnivores ne seront pas oubliés pour autant.

En téléchargement

Le programme de Bobines Rebelles 62 (2013)

1er festival du documentaire d’auteur, social et politique dans le 62

Bobines rebelles, c’est un Festival de documentaire d’auteur social et politique, auto-organisé dans diverses régions de France :

Le LAG se propose donc d’être le prochain site organisant Bobines Rebelles. Ça se tient le samedi 23 mars 2013.

Chaque séance du festival Bobines rebelles est proposée à prix libre.

Festival: en programmant pendant une journée une série de films documentaires, nous voulons proposer un moment fort, permettant de créer une véritable dynamique de réflexion.

Documentaire : en revendiquant un point de vue clairement affirmé, le documentaire permet de faire apparaître une réalité qui, d’habitude, nous est cachée. Il favorise une démarche critique et l’émergence d’une conscience politique plus engagée.

D’auteur : le documentaire dʼauteur est un prisme particulier permettant de nourrir une réflexion collective. Ce cinéma laisse une large place au spectateur dans l’élaboration d’une pensée (à lʼinverse dʼun reportage télévisuel, où le cerveau du spectateur est pris dans lʼétau des évidences et autres lieux communs).

Social et politique : à l’heure où les tenants du pouvoir nous imposent une pensée unique associée à une fausse bipolarisation politique, nous voulons partager nos interrogations, confronter nos dissidences. Indépendance politique et autonomie de pensée sont, aujourd’hui, une exigence sociale

« Le documentaire social se distingue du documentaire tout court et des actualités de la semaine par le point de vue que défend nettement son auteur. Ce documentaire social exige que l’on prenne position car il met les points sur les i. S’il n’engage pas un artiste, il engage au moins un homme. Ceci vaut bien cela. (…) Ce documentaire social devra nous dessiller les yeux. » Jean Vigo (1905-1934)